Retour du Festival de Beaune 2017

À Beaune il y a le vin et la bonne chère, et il y a le Festival International du Film Policier. Chaque année au printemps, le festival dévoile une quinzaine de films en compétition, venus des quatre coins du monde. Voici un aperçu des films que Milieu Hostile a vu et aimé.

Le Caire ConfidentielFestival International Film Policier Beaune 2017

2011, Le Caire. A quelques semaines de la révolution égyptienne, l’inspecteur Noredin est chargé d’enquêter sur le meurtre d’une chanteuse célèbre, retrouvée égorgée dans une chambre d’hôtel. Alors que ses supérieurs classent l’affaire en suicide (!), Noredin va chercher, contre l’avis de tous, qui est l’assassin et quelle vérité est cachée.

Si le réalisateur Tarik Saleh dresse un portrait sombre de la ville du Caire – où règnent corruption et misère financière et humaine, filmées au plus près des habitants –, c’est avec éclat qu’il filme l’acteur Fares Fares. Excellent dans ce rôle, il se pose en homme qui résiste, persévère et va à l’encontre de son rôle de flic pourri. Avec difficultés, il ira se confronter au système corrompu qu’il a lui-même nourri, en espérant que, pour une fois, quelque chose de bien triomphe.

Sortie le 12 Juillet 2017

Que Dios Nos PerdoneFestival International Film Policier Beaune 2017

Été 2011, alors que les Madrilènes sont en proie à une accablante chaleur, et que leur ville est en pleine effervescence due à la visite du Pape et de milliers de fidèles, les policiers Alfaro et Velarde (Antonio de la Torre et Roberto Álamo) sont chargés d’enquêter sur des meurtres successifs et brutaux de femmes âgées. Alfaro est bègue, minutieux, vit seul, et est fréquemment raillé par ses collègues, Velarde est père de famille, « veille » sur son collègue qu’il admire profondément, tout en incarnant le portrait du flic au sang chaud.
Cela aurait pu être le récit d’une enquête sur de multiples meurtres, conduite par un duo de flics déparaillé, comme on en a déjà vu tant, mais il n’en rien. C’est un film intelligent que nous livre son réalisateur, Rodrigo Sorogoyen. Le film est certes classique, mais il livre un récit complet où personnages et action sont développés et vraisemblables. Le film suit tout aussi habilement l’enquête que la vie privée des deux policiers, pour pouvoir dresser un portrait d’eux aussi profond que touchant. Les deux scénaristes (Isabel Peña et Rodrigo Sorogoyen) ont su retranscrire avec brio la difficulté d’une enquête (loin des clichés des feuilletons télé) où patience et impuissance sont de mise devant des meurtres qui s’enchaînent.

Sortie le 9 Août 2017

La colère d’un homme patient

Étonnante construction que ce premier film de Raúl Arévalo, et surtout le début, particulièrement déroutant : un braquage de bijouterie qui tourne mal, le chauffeur étant finalement arrêté et emprisonné. Puis un faux rythme, quelques années plus tard, des gens se retrouvant au bar pour jouer aux cartes, le spectateur se demandant où le scénariste veut en venir. Le tout porté par de nombreux plans filmés caméra à l’épaule et des travellings très rapides assez déstabilisants.Festival International Film Policier Beaune 2017
Ensuite, c’est là que les avis divergent : pour certains ces 20 minutes sont les meilleures du film, le reste étant très classique, pour Milieu Hostile, c’est le contraire : c’est là que le film commence véritablement avec la vengeance d’un homme dont nous ne dirons rien car l’idée est particulièrement bien trouvée. Si le film ne brille pas par la qualité de son image, en revanche, il le fait par le jeu d’acteurs (avec là encore, Antonio de la Torre), et l’atmosphère du film, la scène dans le sous-sol d’un club de boxe en étant un très bon exemple. Porté par un duo formé par une association improbable, le film avance, lentement, la vengeance n’étant des plus faciles à réaliser, et donner la mort de sang froid n’étant des plus aisés.

Sortie le 26 Avril 2017

Message from the King

Jacob King, atterrit à Los Angeles pour retrouver sa sœur dont il n’a plus de nouvelles. King arrive de Cape Town où il est chauffeur de taxi. Fauché, il n’a que 7 jours et 600 dollars en poche. La bonne nouvelle, c’est qu’il va vite retrouver sa sœur, la mauvaise, c’est qu’elle est morte, assassinée, une sombre histoire de drogue dans laquelle elle avait plongé.

ARVE Error: src mismatch
url: https://www.youtube.com/watch?time_continue=84&v=y5_MrmXo39k
src in: https://www.youtube.com/embed/y5_MrmXo39k?start=84&feature=oembed
src gen: https://www.youtube.com/embed/y5_MrmXo39k?feature=oembed



Réalisé par le Belge Fabrice Du Welz pour une production américaine, Message from the King narre une vengeance, un acte qui n’a presque plus de sens, comme le fait remarquer l’un des personnages. Dans sa quête Jacob King parcourt un Los Angeles banal, quotidien, loin du rêve, des beaux quartiers aux plus pauvres. Chadwick Boseman dans le rôle de Jacob King, à l’instar du reste du casting (Luke Evans, Teresa Palmer, Tom Felton, …), est des plus convaincants et des plus justes. Le film est sec, efficace, comme cette arme quelque peu oubliée qu’il remet au goût du jour, la chaîne de vélo. Il ne souffre que de légères facilités scénaristiques qui ne gâchent rien, et se termine par une jolie pirouette dont nous ne vous dirons rien pour vous en laisser la surprise.

Sortie le 10 Mai 2017

WùluFestival International du Film Policier Beaune 2017

Wùlu est le récit très classique d’un jeune homme qui gravit les échelons de la pègre, mais ce qui en fait le sel est sa position géographique : l’Afrique, rarement dépeinte dans les films ou les romans noirs.

Tout commence comme dans le roman Les Trafiqueurs de Lucio Mad, suite à un job honnête qui n’arrive pas, Ladji se lance dans l’illégalité pour subsister. De petits coups en petits coups, Ladji deviendra grand. Si le personnage est apathique – très belle interprétation d’Ibrahim Koma – et ne semble pas intéressé par l’argent ou la réussite, il en est tout autrement de sa sœur. Daouda Coulibaly, pour son premier long-métrage, nous montre un monde totalement obsédé par l’argent, le luxe et les apparences, au travers de cette femme d’une avidité sans frontière. Il nous montre aussi le trafic de drogues dures qui s’est fortement développé en Afrique de l’Ouest, la corruption qui en découle, tout comme les accointances avec Aqmi qui font froid dans le dos.

Sortie le 14 Juin 2017

Cet article a été rédigé par Flora Vernaton et Christophe Dupuis.

Pour aller plus loin

Le site et le facebook du Festival International du Film Policier de Beaune
Et pour plus d’informations sur les films, c’est chez leur distributeur : Le Caire Confidentiel, Que Dios Nos Perdone, La colère d’un homme patient, Message from the King, Wùlu.